FAQ

Douleur

Comment va-t-on savoir que j’ai mal ? Peut-on évaluer ma douleur ?
L’intensité de votre douleur si elle est présente, sera systématiquement évaluée dès la salle de réveil et pendant votre séjour. 
Les soignants vous demanderont souvent de situer le niveau d’intensité de votre douleur sur une échelle appelée EVA, en plaçant le curseur entre « pas de douleur » et « douleur maximum imaginable ».

 

 

 

 

Est-ce que je peux parler de mon appréhension d’avoir mal lors de la consultation d’anesthésie ?
Absolument, c’est le moment idéal.
C’est l’anesthésiste qui, au bloc opératoire, initie le traitement préventif. La Clinique dispose de traitements et de techniques efficaces pour traiter la douleur post opératoire. L’anesthésiste vous en informera lors de la consultation et vous remettra éventuellement un document d’information qui vous aidera à comprendre la technique proposée.

Si l’on m’administre de la morphine pour traiter ma douleur, vais-je devenir dépendant à la morphine ?
Non, le risque de dépendance liée à l’utilisation de la morphine ou de ses dérivés en post opératoire pour traiter la douleur est nul.

L’utilisation de la morphine pour traiter la douleur est-elle exceptionnelle ?
Non, la morphine et ses dérivés sont utilisés quotidiennement pour calmer les douleurs post opératoire, chez l’adulte comme chez l’enfant, sans lien direct avec la gravité ou le type de chirurgie ou de maladie.

Quels sont les inconvénients de la morphine ?
La morphine peut parfois entraîner des nausées, vomissements, démangeaisons, difficultés à uriner. Pendant la surveillance post opératoire, tous ces effets indésirables sont recherchés et traités par l’équipe soignante. A cette occasion, sachez lui faire part d’éventuelles sensations inconfortables (somnolence, nausées…) ou de douleurs persistantes : le nécessaire sera fait pour soulager ces désagréments.

Comment vais-je gérer ma douleur à mon retour chez moi ?
Votre chirurgien vous fera une ordonnance pour obtenir des antalgiques qui soulageront les douleurs éventuelles.

J’ai la phobie des piqures, y a-t-il une solution ?
Mettre une perfusion nous permet d’être en sécurité. Parfois l’anesthésie est locale ou locorégionale. Pour être plus confortable, il est possible de réaliser ce geste en respirant un gaz anesthésique (parfois hilarant). Il suffit de nous prévenir.

Vais-je avoir mal après la chirurgie ?
Certains anesthésistes animent le Comite de LUtte contre la Douleur ou CLUD conformément à la Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades. Ce comité formé de médecins, d'infirmières et du pharmacien, analyse, évalue, établit des protocoles, forme l'ensemble du personnel à la prise en charge de la douleur post-opératoire. En consultation d'anesthésie, on vous présentera les techniques adaptées à votre chirurgie. Ces différentes procédures seront mises en place en salle de réveil et poursuivies à l'étage. Nous pourrons adapter au mieux cette prise en charge si nous pouvons communiquer avec vous sur votre douleur. C'est pourquoi le personnel vous questionnera souvent sur votre ressenti.