LA MEDECINE PALLIATIVE : entre technique et éthique

Dr Michaela FABRE - praticien hospitalier, responsable de l'unité des soins palliatifs CHU GRENOBLE
 

La médecine palliative nous concerne tous !

L'accompagnement palliatif est fréquemment associé à la phase de fin de vie, ce qui entraîne implicitement le risque d'une réduction à la présence compatissante et à une réponse médicale d'administrations "protocolée" (sous-entendu mécanique) d'antalgiques et d'anxiolytiques, voire une sédation profonde et continue car "humaine".
En réalité, la phase palliative commence bien en amont de la fin de vie et la médecine palliative est cette médecine qui se stiue au carrefour de l'écoute, des silences et des paroles, mais aussi du détail sémiologique - physiopathologique et éthique. La présence seule auprès du malade est illusoire si sa douleur par exemple n'est suffisamment pas soulagée. La réponse médicale pour ces patients, à l'hôpital comme au domicile, est en réalité très technique, de l'observation et l'analyse jusqu'à l'analgésie interventionnelle, la chirurgie du symptôme ou le détail pharmacologique, et le défi permanent pour le médecin est de mobiliser à tout moment ses connaissances et les situer dans la réalité du moment du patient et dans les échanges avec lui.