La médecine défensive : avatar du principe de précaution ?

Pr Claude RACINET

La notion de précaution a trait à des risques incertains qui n'ont donc pas été prouvés. Le principe de précaution, construction théorique, a dépassé sa définition légale qui le cantonnait aux problèmes environnementaux pour s'étendre à tous les domaines de la médecine, créant insidieusement une véritable médecine défensive (déviation irrationnelle de la pratique médicale pour tendre à se protéger de façon consciente ou inconsciente contre.... une judiciarisation croissante). Quelques 'affaires' : sang contaminé, bisphénol, vaccinations.... seront ponctuellement développées... et dans le domaine obstétrical, l'épidémie de césariennes retiendra un peu plus notre propos. La médecine défensive n'est pas éthique et s'avère néfaste pour les patients, pour les praticiens, pour l'économie de la santé... Elle continue à prospérer malgré les rodomontades politiques et ordinales, entretenue par un contrôle médical sinon absent du moins inefficace, aiguillonnée par une justice entraînée dans l'erreur par des expertises trop souvent partiales et à charge !

Elle a encore malheureusement de belles années devant elle.