Médecine et humanisme : le grand écart

Dr Jean PELLET et Patrick HALLALI - cardiologues

La médecine vit une grande mutation historique : révolution technologique et informatique, bureaucratie envahissante, judiciarisation de plus en plus fréquente et irruption du politique dans le domaine de la santé.
Le médecin est de plus en plus réduit à un rôle de prestataire de services et sa liberté d'action réduite à sa plus simple expression. Cet "aggiormamento" est mal vécu, souvent par les médecins parfois par les patients, car il s'accompagne d'une banalisation, d'une déshumanisation de l'acte médical qui ne dit pas son nom. Le patient-sujet étant étant souvent négligé au profit d'une médecine d'organes et de protocoles.

Nous vous convions à une réflexion sur ce thème d'une actualité brûlante : la médecine peut-elle encore rester "humaniste" ?